Kevin octobre 15, 2017

Suite attendu du jeu solo Orcs Must Die, ce deuxième opus reprend avec un mode coop à la clef les bonnes recettes de son prédécesseur : un anti héros farfelu, une horde de monstres verdâtres enragés qui déferlent par vagues successives en bavant et hurlant (imaginez que vous êtes vigile à l’entrée d’une dédicace de Justin Bieber à 17h juste en face d’un collège/lycée…), le tout finissant immanquablement en bouillie d’orcs encrassant les pièges disséminés par vos soins.

En plus clair : vous devez faire face à des arrivages d’ennemis par dizaine à l’aide de vos armes, sorts ou pièges choisis au préalable dans votre grimoire. Un arsenal que vous pourrez améliorer et/ou étoffer à l’aide de monnaie cumulé lors des vagues d’assaut.

 

Dans le jeu

Relativement sympathique en soit, ce concept peut cependant vite devenir redondant pour qui n’est pas accro au tower defense. Et ce malgré le coté TPS (« Third Person Shooter » pour nos amis shakespeariens) qui permet une bonne immersion et une intensité garantie. Mais ces sournois de développeurs se sont montrés particulièrement inspirés en nous pondant des parcours assez tordus, réussissant à rendre l’entre aide et la complémentarité entre les deux joueurs quasi indispensables !

Seul regret, la (trop) maigre quantité de levels à parcourir dans la campagne. Mais n’ayez crainte ! Ces chers messieurs (et demoiselles aussi) de chez Robot Entertainment ont su faire d’une pierre deux coups : compenser la petite taille de la campagne et rattraper l’inadmissible oubli du premier Opus en permettant de rejouer en coop les cartes de ce dernier. Ajoutez à cela un mode cauchemar introduisant non seulement de la difficulté en plus, mais aussi un ou deux levels de plus, ainsi qu’un mode défi avec des niveaux inédits à accomplir avec des moyens restreints, et vous obtiendrez une durée de vie et une rejouabilité tout à fait acceptable.

Une progression assez graduelle tant au niveau de la difficulté des vagues à affronter que dans la complexité des pièges de sort/armes à utiliser, rendent ce jeu assez accessible. D’autant que l’interface est relativement simple d’utilisation. Un jeu parfait à jouer en amoureux (« mais ma chérie qu’est ce que tu fais, fallait pas les poser là tes pièges ! Argh c’est ta faute si on a perdu ! »)

On regrettera l’absence d’un mode « écran partagé » qui aurait pu ajouter encore plus de convivialité. Le multi se limitant à deux joueurs ce n’est pas forcément le jeu à sortir en soirées ou sessions lan, mais ça reste tout de même un bon défouloir et garanti de bons moments à passer avec un pote.

En bref :

Bien!

On aime:

  • Le gameplay simple mais efficace
  • Le ton humoristique du scénario
  • Poutrer du monstre par dizaine

On aime moins:

  • La durée de vie restreinte de la campagne
  • L’absence d’un mode écran partagé

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*